Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Blog Posts

Décantation

Me trotte dans la tête cette phrase de George Sand, dans une lettre à Flaubert : « Le jour où j’ai résolument enterré ma jeunesse, j’ai rajeuni de vingt ans. » Nous nous accomplissons dans les âges de la vie par ajout et décantation – mais surtout par soustraction de

Lâcher prise et laisser faire

La présence hypnotique ne garantit pas le changement : elle est le chemin actif que nous pouvons emprunter pour cultiver la possibilité de son émergence. Elle est un sol fertile pour nos transformations. Ce qui apparaît à la conscience amortie, dans la transe, comme flou, bizarre, confus, mélange de voix

La montée de l’individu tyran

Je vous partage cette grande interview à mon avis passionnante du philosophe Eric Sadin, sur la montée de « l’individu tyran ». https://www.thinkerview.com/eric-sadin-la-fin-dun-monde-commun/ Très intéressante est l’articulation qu’il s’efforce de penser entre 1) le grand mouvement historique du néo-libéralisme et de l’entreprenariat de soi 2) la montée du ressentiment, de la violence

Jouissance de la catastrophe

Est-il encore besoin de décrire l’effondrement en cours ? Les passagers du Titanic, tandis que l’équipage manoeuvrait les insuffisantes chaloupes pour les mettre à l’eau, et qu’ils attendaient angoissés sur le pont du paquebot en espérant y embarquer, avaient-ils encore besoin qu’on leur décrive la nature du problème et ses

S’accorder : la première séance

Une patiente est venue aujourd’hui. Elle m’a appelé il y a trois jours pour prendre rendez-vous en urgence. Elle connaît le chemin, elle s’assied dans le fauteuil. « Ca allait très mal lundi, c’est pour ça que je vous ai appelé, mais aujourd’hui ça va déjà nettement mieux. » Elle m’adresse un

« faire avec » : un apprentissage du changement en temps de crise

Le temps du #déconfinement qui s’annonce sera le temps du « faire avec ». Pour l’instant, bon gré mal gré, sur injonction (raisonnable) des autorités politiques et médicales, nous nous sommes appliqués à « faire sans ». Sans proximité sociale, sans rencontres, sans postillons, sans métro, sans réunions, sans fêtes, donc – supposément –

Journal de confinement

A voir le monde depuis le fond de son canapé que l’on n’a jamais autant fréquenté, on forme des vœux pour que cette crise change des choses, voire transforme notre système politique et économique. « Demain sera différent ». « Nous ne recommencerons pas comme avant ». « Il faudra

Demain est un autre jour

Je lisais hier dans le Figaro que pour certains le confinement est une parenthèse dorée, un bonheur. Toutes celles et ceux qui ne sont pas friands d’interaction sociale, les chômeurs qui ne se sentent plus stigmatisés puisque tout le monde est comme eux à la maison, les geeks qui sont devant

L’animal qui est en vous

Il me vient parfois à l’esprit, devant certaines personnes, l’image d’un animal. Je pense tout à coup : « cette femme est un serpent, froide, élégante, indéchiffrable » (n’y voir aucune référence biblique) ou « ce type est un ours, il en impose, tu te dis que tu pourrais prendre